Rénovation des silos du maïs 20 avr. 2016

En 2014, les éleveurs de L’EARL de l’Epine, dans l’Eure, ont fait expertiser par un ingénieur fourrage DEKALB leurs silos de maïs. Suite à cela, ils ont changé leurs pratiques pour améliorer la conservation de l’ensilage de maïs.

Des changements payants, comme le prouve cet article XXLait de Mars 2016.

 

Rénovation des silos de maïs : retour sur investissement gagnant !


En 2014, les éleveurs de L’EARL de l’Epine, dans l’Eure, ont fait expertiser leurs silos de maïs. Suite à cela, ils ont changé leurs pratiques pour améliorer la conservation de l’ensilage de maïs. Des changements payants, preuves à l’appui ! 

 

En 2014, Arnaud Guichard, son fils Thomas et son associé François Chartrier, les trois éleveurs de l’EARL de l’Epine ont demandé à l’ingénieur fourrage DEKALB un diagnostic de la qualité de conser-vation de leurs silos de maïs. Ce¬lui-ci a mis en évidence un gradient important de densité entre le bas, à 250 kg par m3, et le haut à 100 kg par m3 (voir l'Audit de Silo DEKALB du Mag XXLait de juin 2015, pages 16 et 17). « Les silos existants dataient d’une qua-rantaine d'années alors que la sur-face de maïs a augmenté au fil des ans avec le nombre de vaches. On montait le fourrage trois mètres au- dessus des murs. C’était dangereux pour les tasseurs et on n’obtenait pas une densité suffisante sur les bords » explique Arnaud Guichard. A l’été 2015, les trois silos couloirs ont été allongés pour atteindre une longueur de quarante mètres. La réduction attendue des pertes doit compenser l’investissement réalisé sur les silos.

 

Taille de coupe augmentée

L’ensilage de 2015 a été l’occasion de renouveler le diagnostic de silo afin de mesurer les progrès et d’identifier d’éventuelles autres améliorations à apporter. Le taux de matière sèche atteint 32%, «c'est idéal pour le compromis conservation / valeur alimentaire » se satisfont les éleveurs. Pour atteindre ce bon résultat, les éleveurs, accompagnés par l’ingénieur fourrage DEKALB, ont suivi l’évolution de la matière sèche tout au long du mois de septembre. « Cette année, les plantes et les épis n’évo-luaient pas au même rythme, donc c’était difficile de situer le niveau de maturité de la plante entière. Nous avions calé une date avec l’entre-preneur qu’il a fallu avancer d’une semaine. Et nous avons bien fait » témoigne Arnaud Guichard. 
 
Le jour de l’ensilage, l’éleveur surveille, à l’arrivée de chaque benne, la finesse de hachage du maïs, « Par deux fois, j'ai demandé à l’entrepreneur d'augmenter la taille de coupe car je voyais bien que le fourrage était trop fin ». Il a également fallu resserrer l’éclateur sur une variété plus riche en grain. La répartition des particules d’ensilage mesurée lors du diagnostic de silo est conforme aux recommandations ce qui confirme que les réglages demandés par l’éleveur étaient justifiés (voir tableau).

 

Tableau 1
Répartition de la taille des particules d’ensilage, récolte 2015

Répartition de la taille des particules d’ensilage, récolte 2015

 

Pas d’échauffement

Le diagnostic de silo se poursuit avec des mesures de densité en vingt-quatre points. La densité moyenne se situe dans le quart supérieur des silos expertisés par DEKALB (avec 253 kg MS / m3) et le tassage est homogène contrairement à l’année dernière (voir graphique 1). « Cette année, nous avons ensilé 45 ha en une journée. L'entre-preneur a donc utilisé deux tracteurs-tasseurs de quinze tonnes cha¬cun avec des masses et des pneus gonflés à l'eau : c'est le minimum pour suivre le rythme des bennes ! Les tasseurs sont parvenus à faire plus de 10 allers-retours sur le fourrage par benne » décrit Arnaud Guichard.

 

Graphique 1
Densité du silo en kg MS / m3, récolte 2015. La densité moyenne du silo est de 253 kg / m3

 

 

La hauteur de maïs limitée à celle des murs a grandement facilité les va-et-vient des engins, même près des bords, ce qui a contribué à l’uniformisation du tassage. Le bêchage a été soigné et des boudins sur le pourtour garantissent l’étanchéité. Le silo est resté fermé cinq semaines avant la distribution de l’ensilage aux vaches.
« A l'ouverture du silo, nous avons constaté la bonne conservation du fourrage » se félicite l'éleveur. Le pH est compris entre 3 et 3,5 en tout point du front d’attaque, les températures relevées (entre 9 et 20 °C) sont certes plus élevées que la température extérieure mais restent inférieures à la température du cœur du silo de 22°C, ce qui accrédite l’absence d’échauffement sur le front d’attaque (voir graphique 2).

 

Graphique 2
Les températures sur le front d’attaque, récolte 2015

 

 

 

Les pertes de maïs, estimées par l’ingénieur fourrage DEKALB, sont limitées à 2% du tonnage de matière sèche récolté ce qui est très faible. En effet, un silo moyen avec une conservation correcte entraîne en moyenne 5% de pertes. Cette perte correspond à 0,4 ha de maïs (sur un total de 45 ha semés) et est valorisée 579 euros pour l’EARL de l’Epine. 

 

 

Retrouvez cet article en pdf ici ou dans le magazine MagXXLait ici