La fertilisation azotée du colza lors de la reprise

12 févr. 2018

La fertilisation azotée du colza lors de la reprise

 
La phase d’implantation du colza, avant hiver, constitue une période cruciale (Jusqu’au stade B4) car elle détermine 80 % du rendement final. Durant cette phase, le colza étant une culture « piège à nitrate », il va donc aisément puiser les ressources en azote du sol, si celui-ci y est présent en quantité suffisante. A la sortie de l’hiver les cultures auront absorbées en moyenne 50 à 60 kg d’azote par hectare. A la reprise du développement du colza, un apport en matière azoté est donc possible en fonction de l’état de la culture. Le but de cet apport est de recharger les sols en azote et de maintenir l’objectif de rendement établi en amont.
 

Les symptômes du manque d’azote sur colza

Plusieurs indices peuvent révéler chez le colza un besoin en azote à la sortie de l’hiver :
- Les feuilles les plus âgées sont courtes, larges, vertes pâles et présentent des décolorations jaunâtres à violacées.
- De grandes surfaces de parcelle paraissent moins feuillues et jaunâtres, le flétrissement est plus rapide
 
Plus tard dans le cycle, d’autres symptômes peuvent permettre de détecter un manque d’azote dans les sols :
- Des tiges fines avec peu de ramification
- Des fleurs petites et fanant plus rapidement
- Des siliques petites
 
Comparaison colza avec peu et beaucoup d'azote
Source : DEKALB
 

Calcul de la quantité d’azote à apporter au colza

L’objectif de la fertilisation azotée du colza est de compenser les absorptions d’azote et de maintenir son objectif de rendement, c’est-à-dire ; la moyenne des rendements des 5 dernières cultures colza (en enlevant les valeurs maximales et minimales). La fertilisation azotée du colza en sortie d’hiver se raisonne à l’aide de paramètres antérieurs à la culture et en fonction de l’état des colzas. Il est donc nécessaire de bien connaître les particularités de ses parcelles et de savoir évaluer l’état de son colza afin d’apporter l’azote à la juste quantité et au bon moment.
 
Généralement, lorsque les colzas sont petits à la sortie de l’hiver, cela peut s’expliquer par un semis tardif ou une faible quantité d’azote absorbée. Dans ce cas, l’apport de matière azotée au colza à la reprise devrait donc être important. Au contraire, si les colzas sont gros, ils nécessiteront un apport en azote plus faible. Ainsi, estimer la biomasse est un bon moyen de déterminer la quantité d’azote à apporter sur colza et plusieurs méthodes permettent de la calculer.
Une méthode visuelle, peu précise, est possible par l’observation de la parcelle. Elle permet de se faire une idée globale du besoin en azote dans la parcelle de colza.
 
La méthode de la pesée est certainement la plus accessible puisqu’elle consiste à couper les colzas au ras du sol à des endroits différents de la parcelle, sur une surface de 1 m², puis à les peser (kg/m²). Elle n’est pas indispensable à l’entrée de l’hiver mais elle est conseillée car la plante est susceptible de perdre une partie de son feuillage durant l’hiver. En sortie hiver, la pesée permet d’estimer la biomasse en kg/m² et éventuellement de la pondérer avec la biomasse mesurée à l’entrée hiver si celle a beaucoup diminué (en faisant la moyenne).
 
Mesure de la biomasse du colza en sortie d'hiver
Exemple de mesure de biomasse entrée hiver par pesée - Source : DEKALB.
 
Enfin, des méthodes technologiques existent : capteur sur appareil piéton, sur satellite ou encore sur drone qui sont capables d’estimer les biomasses entrée et sortie d’hiver et donc de délivrer une information sur les quantités d’azote à apporter au colza.
 
A la sortie de l’hiver, les besoins de la culture de colza en azote sont de 7 kg/quintal, il faut donc raisonner l’apport de matière azotée en fonction de ce qui est déjà présent dans les sols : les reliquats azotés de la culture précédente, les éventuels apports organiques, la minéralisation mais aussi en fonction de la biomasse, du potentiel de rendement et du type de sol. A l’aide de ces paramètres, la dose peut être calculée via l’utilisation d’outils tels que la réglette azote colza de Terres inovia. Si la dose à apporter est supérieure à 100 kg/m², il est préférable de la fractionner. Si l’azote est apporté sous forme d’urée, il convient d’éviter les mauvaises conditions météo et de faire l’application de préférence avant une pluie. 
 
En parallèle, il faut aussi penser à tous les autres apports qui peuvent être cruciaux pour le colza tels que le soufre, le phosphore, le potassium, le bore, le Molybdène ou encore les Mg & CaO, selon les conditions de la parcelle.
 
 

Période d’application de la fertilisation azotée du colza

L’apport d’azote au colza doit avoir lieu dès la reprise de croissance, lorsque les températures commencent à dépasser les 4 à 5 °C. Il permet ainsi de compléter les fournitures du sol, de favoriser la stimulation des racines, la pousse des feuilles et des fleurs. Trois semaines plus tard, un deuxième apport d’azote est conseillé, cela dit, ce sont les apports les plus précoces qui ont un plus fort impact sur le rendement final. Un autre apport en azote peut être effectué au stade montaison favorisant ainsi la formation des siliques et le stockage des protéines dans les grains. 
 
Dose d'azote à apporter sur colza selon les stades de floraison
Source : http://www.terresinovia.fr/colza/cultiver-du-colza/fertilisation/azote/ 
 
Attention, la règlementation sur la gestion de la fertilisation azotée dépend de votre zone. Pour connaître les modalités sur la quantité et le fractionnement des apports d’azote autorisés dans votre secteur, consultez votre chambre d’agriculture
 

Les hybrides de colza Dekalb : optimisation de l’azote

Hybrides de colza optimisant l'azote des sols

En condition azotée limitante la plupart des hybrides de colza perdent 22% de leur potentiel de rendement (perte observée pour un différentiel allant de 180 à 120kg d’azote par hectare). Bien choisir son hybride de colza constitue donc une des étapes clés dans les zones où l’azote peut venir à manquer. De plus, l’apport de matière azotée dans les sols, au bon moment, et à la bonne dose, est aussi une étape clé dans le processus de sécurisation des rendements
 
Dans l’optique de sécuriser les rendements de colza, DEKALB propose une gamme d’hybride de colza, plus tolérante au manque d’azote, capable de limiter la perte de rendement à 15 % maximum, au lieu de 25 % pour les hybrides les moins tolérants.. 
 
Visitez notre site pour en savoir plus sur les avantages des hybrides DEKALB Optimisation Azote