Limaces, ennemi numéro 1 du colza à l’implantation :

30 juin 2017

Les limaces sont capables de générer des dégâts importants en colza, il faut savoir qu’une limace peut consommer en une nuit jusqu’à 6 plantules de colza. Et donc impacter fortement la densité visée par l’agriculteur. Chaque année des surfaces de colza sont ressemées par les agriculteurs à cause des limaces, pour un coût pouvant aller de 250 à 300 €/ha.

Malgré une gestion raisonnée de l’interculture et lit de semence fin et rappuyé pour le semis, une protection anti-limaces peut s’avérer nécessaire. Pour accompagner les agriculteurs dans leurs décisions d’interventions, l’outil d’aide à la décision OBSERVATOIRE DE SANGOSSE repose sur un peu plus de 250 parcelles de colza afin d’évaluer chaque semaine l’activité limaces. Les résultats sont accessibles gratuitement via le site www.ciblage-anti-limaces.fr ou via l’application smartphone CIBLAGE anti-limaces.

Le colza est en effet la plante préférée des limaces, en moyenne 85 % des surfaces en France sont traitées avec de l’anti-limaces. Un des facteurs clés de l’implantation du colza repose sur le choix du produit et le positionnement de celui-ci. Car les limaces sont connues pour leurs attaques au stade plantule du colza mais elles peuvent également  s’attaquer au colza en germination.

Pour protéger la germination du colza, il est important de localiser l’anti-limaces au plus près de la graine dans la raie de semis. Deux techniques existent l’application avec microgranulateurs ou en mélange à la semence.  Pour ce type d’applications, il est important d’utiliser un anti-limaces homologué et adapté pour cet usage, mais aussi de choisir un anti-limaces avec une densité et une granulométrie adaptées au mélange à la semence (pour éviter les phénomènes de décantation)  et présentant une résistance à la casse, importante  pour supporter les contraintes mécaniques des cannelures des semoirs. Les appâts COLZACTIF répondent à ces critères essentiels pour la protection du colza en germination.

Pour protéger la plantule de colza, les interventions se font au semis, à l’aide d’un épandeur centrifuge ou d’un épandeur d’engrais afin d’apporter les granulés en surface. Les anti-limaces fonctionnent par ingestion, il est donc primordial d’attirer les limaces, dotées d’un sens olfactif, vers les granulés. Les appâts COLZACTIF conventionnel ou biocontrôle contiennent deux molécules présentent dans le colza afin d’attirer les limaces vers les granulés et donc augmenter l’efficacité.  La granulométrie adaptée aux grandes largeurs ainsi que la résistance au délitement de l’ordre de 60 mm de pluie sur 10 jours (en conditions expérimentales), apportent une sécurité à l’utilisateur pour le développement de la culture.

L’application d’anti-limaces à base de métaldéhyde ou de phosphate de fer doit se faire dans le respect des bonnes pratiques agricoles et notamment en respectant une ZNT de 5 m. Avec les épandeurs électriques, il est préférable de se positionner à 15 m de la bordure de la parcelle (pour un travail en 24m) car les nappes d’épandages fonctionnent par recouvrement. Autrement il existe une solution l’épandeur électrique SPANDO, équipé d’un DPAE et d’un disque alimenté par 2 tubes  permettent d’assurer une régularité exceptionnelle d’épandage. Le disque tourne aussi moins vite, ce qui réduit le taux de brisure de granulés à 5 % maximum, contre 30 % en moyenne pour les autres épandeurs électriques. Son second disque pour les épandages de bordure permet de limiter les projections en dehors de la parcelle.

 

Jusqu’au stade 6 feuilles du colza, la surveillance à l’aide de piégeage doit être envisagée afin de surveiller l’évolution des populations et ainsi assurer l’implantation et le bon développement de la culture.