Les risques du gel

9 oct. 2014

Les risques du gel du maïs

 

Les risques du gel sur le maïs grain avant la récolte

 

Les différents niveaux de gel

 

Les conditions difficiles de semis des maïs au printemps 2013 ont retardé les dates de semis dans beaucoup de situations, ce qui expose ces maïs à un risque de gel précoce en phase de remplissage du grain. Cela peut avoir des conséquences sur le rendement et la qualité de la récolte. Les pertes dépendent de la température, de la durée d’exposition et du stade du maïs au moment du gel.

 

Entre 2°C et 0°C : la plante fonctionne au ralenti mais les tissus ne sont pas affectés donc la photosynthèse et le transfert des réserves de la plante vers le grain reprendront dès que les températures remonteront.

 

Lorsque la température descend légèrement en-dessous de 0°C pendant 1 ou 2 heures : les feuilles sont endommagées, mais pas la tige. La photosynthèse est stoppée mais les réserves contenues dans la tige pourront continuer d’être transférées vers le grain.

 

En-dessous de -2°C : la plante entière meurt et les transferts sont définitivement stoppés.

 

Les symptômes d’une plante gelée sont des feuilles gorgées d’eau et une plante qui blanchit puis brunit. Ce sont généralement les feuilles du haut, plus exposées au froid qui montrent les premiers signes. Le phénomène est également plus marqué en bordure de parcelle. Ces symptômes apparaissent 1 ou 2 jours après le gel mais il faut attendre 5 à 7 jours pour évaluer complètement l'étendue des dommages sur la culture.

 

 

L'effet du stade de croissance du maïs

 

Lorsque le gel du maïs est important et que la plante entière meurt, la remobilisation des réserves et leur transfert vers le grain est stoppé. Ainsi, si le maïs a atteint le stade du point noir à la base du grain qui indique la fin des transferts vers le grain, le PMG (Poids de Mille Grain) est déjà déterminé et l’effet du gel du maïs sur le rendement sera négligeable.

 

En revanche, lorsque l'humidité du grain est supérieur à 35%, le gel va stopper les transferts et fixé le PMG. Son impact sera donc proportionnel à l’humidité du grain au moment du gel. L'impact sur la qualité de grain est également directement lié au stade du maïs et affecte principalement le PS (Poids Spécifique).

 

Source : Steward, G.2009. Corn and cold September nights. Ontario Ministry of Agriculture, Food and Rural Affairs. http://omafra.gov.on.ca

 

 

Estimation du risque de perte de rendement lors d'un gel précoce sur maïs en fin de cycle

Stade du maïs

% de perte de rendement (effet qualité du grain)

gel < -2°C

gel léger > -2°C

Stade pateux

40 (sévère)

25 (sévère)

Stade denté

25 (modéré)

15 (modéré)

Grain 50% vitreux

10 (mineur)

0-5 (aucun)

Point noir

0 (aucun)

0 (aucun)

 

 

 

Gestion des parcelles gelées

 

Sur un maïs gelé entre 40 et 50% d’humidité du grain, la meilleure solution reste l'ensilage car les pertes de rendement et de qualité du grain sont importantes et la dessiccation complète du grain compromise. Dans ce cas, il faut ensiler rapidement pour limiter la perte de qualité de la partie tige-feuille de l’ensilage.

En-dessous de 40% d’humidité, le temps de séchage du grain au champ sera fortement allongé. On peut espérer perdre encore 2 à 3 points par séchage naturel. Il faut cependant intégrer des risques de pertes de rendement augmentés car le gel fragilise la plante et la rend plus exposée au casse de tige. À cette période, on peut également exposer le maïs à de la casse pyrale et augmenter les risques de fusariose des épis.